Âmes battues d’Isabelle Villain

41el+x51bAL._SX195_


4° de couverture 

Traumatisée par l’issue de sa dernière affaire, le commandant Rebecca de Lost est chargée d’élucider le meurtre d’une prostituée, frappée à mort et abandonnée dans une ruelle sordide.
Les enquêteurs se retrouvent confrontés à un psychopathe diaboliquement intelligent dont l’ambition est de battre la police à son propre jeu.
Enfermé dans une spirale infernale, il est désormais contraint d’aller jusqu’au bout de sa manipulation.
La partie est perdue d’avance.
Il le sait, les flics, pas encore.

 Mon ressenti  

Un meurtre dans une ruelle sombre, une prostituée étranglée par un homme sans pitié, c’est le début d’une série de meurtres dont l’équipe du commandant Rebecca de Lost va devoir s’atteler à la tâche.

Après ses traumatismes dus à sa précédente enquête, elle va devoir surmonter ses peurs, ses doutes et ses addictions.

Rebecca de Lost va devoir entrer dans un monde milieu très dur, celui des femmes battues. Toutes les femmes dans cette enquête ont un lieu en commun, une maison qui donne asile aux femmes maltraitées.

Je me suis régalée à la lecture de ce polar très bien ficelé et dont le dénouement était incroyable.

L’auteure réussit encore une fois à m’épater de par son imagination et elle m’emporte aux 36 quais des orfèvres avec ses personnages très attachants.

Je lis dans un ordre décroissant mais ce n’est pas grave car chaque histoire peut se lire indépendamment.

Je vous conseille vivement de découvrir les livres d’Isabelle Villain qui sont des véritables petits trésors de surprises, de rebondissements et d’actions.

Vivement que je continue en lisant Peine Capitale.

Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance car à chaque fois se sont des véritables pépites.

isabelle1-660x439


Isabelle Villain
est auteure de romans policiers.

Après une école de commerce et un troisième cycle de publicité, elle a travaillé pendant une quinzaine d’années dans la publicité, la presse, l’événementiel et l’organisation de salons professionnels.

En 2000, elle se lance dans l’écriture de romans policiers. Des romans « régionalistes » à diffusion locale dans un premier temps, puis en diffusion nationale.

Son quatrième roman « Peine Capitale » (2014), publié aux Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, a reçu le prix Maurice Bouvier 2015, prix destiné chaque année à récompenser un auteur de polar.

« Âmes battues » (2016), le second volet des enquêtes du commandant de Lost, découvert dans « Peine capitale » à reçu le prix du festival du polar de la ville d’Arcachon.

« Mauvais genre » est le troisième volet des enquêtes du groupe de Lost.
Il est publié aux éditions Taurnada en novembre 2018.

La 500e de Sabine

Collectif polar : chronique de nuit

500e de nos lectrices

1) Peux-tu te présenter aux lecteurs de ce blog ?

500SRJe suis Sabine Remy, j’ai 40 ans et je travaille dans une école militaire pendant mes pauses et mes congés je lis beaucoup et je profite de mon temps de libre, je rédige aussi mes avis de lectures sur mon blog : http://sabineremy.blogspot.fr/,

Je suis l’administratrice du groupe de lecture  https://www.facebook.com/groups/lecturesabrem/?fref=ts. Culturellement vôtre et je tiens aussi une page sur facebook https://www.facebook.com/Ma-Page-Lecture-De-Sab-581974371814651/?ref=aymt_homepage_panel.

Quand j’ai du temps je regarde souvent les avis de lecture de mes amis et des chroniqueurs de divers groupe et je vais faire un tour sur mes blogs préférés.

2) Quel est ton rapport aux livres et à la lecture ?

Mon rapport aux livres c’est pour moi comme un médicament où une drogue indispensable dans ma vie de tous les jours pour ne pas flancher.

3) Quand lis-tu ? As-tu des petits…

Voir l’article original 419 mots de plus

Les 500, la cinq-centième

Collectif polar : chronique de nuit

500jeu

Hello amis lecteurs et z’ami(e)s lectrices.

Depuis un petit mois, je vois dangereusement le chiffre 500 se rapprocher à l’affichage du compteur de mon blog.

Il y a quelques mois aussi, je m’étais dit que cela serait sympa de faire un petit quelque chose de pas ordinaire pour l’occasion. J’avais pas mal d’idées en tête. Mais aucune n’a eu e temps de voire encore le jour, faute de temps comme bien souvent.

Rhaaaa, ce foutu boulot.

500badge-articleEt puis, hier matin, avant d’aller au boulot justement; l’idée d’un simple concours m’a paru chouette. J’ai lancé le truc comme cela sur Facebook, et visiblement vous êtes emballé(e)s. Et cela me réjouit.

Maintenant reste à savoir quelques questions je vais pouvoir vous poser ?

Quel forme va prendre ce concours ?

J’ai fini par trancher. En fait j’ai envie de mieux vous connaître? Alors je vais vous poser quelques questions, enfin rien de bien…

Voir l’article original 463 mots de plus

Le « Festival sans Nom » 2015 – Salon du polar de Mulhouse – Dates et indiscrétions

EmOtionS - Blog littéraire

Festival sans nom 2015

Le salon du polar de Mulhouse, troisième édition commence à prendre forme. J’ai le plaisir de vous rappeler les dates du salon et de vous proposer quelques indiscrétions quant aux auteurs présents.

Le Festival sans nom se déroulera les 16, 17 et 18 octobre 2015. Retenez bien ces dates ! Le salon sera organisé conjointement avec la bibliothèque de Mulhouse qui organise traditionnellement la manifestation « Tout Mulhouse lit » dans ces dates.

La marraine 2015 sera Dominique Manotti.

Le plateau d’auteurs sera une fois de plus exceptionnel. Les noms ? Il se murmure la présence (à confirmer bien sûr) de :

– dans les auteurs fidèles au salon : L’immense R.J. Ellory (pour la troisième fois en trois ans, quelle fidélité !), Ian ManookStéphane Bourgoin, Dominique Sylvain, Ingrid Astier, John N. Turner

– dans les « petits nouveaux » : Ghislain Gilberti, Camut et Hug, Sire…

Voir l’article original 74 mots de plus

Prendre Lily – Marie Neuser

EmOtionS - Blog littéraire

chronique littéraire

prendre-lily-marie-neuserCe bouquin est différent.

Balayées, vos belles certitudes concernant les polars. Dépoussiérées, vos merveilleuses habitudes de lecture. Soufflée, cette monotonie qui parfois vous prend à force de lire tant de récits qui se ressemblent.

Polar… ou pas

Prendre Lily est un polar, certes. Quoi que… Permettez moi d’en douter une seconde (ah, cette manie de toujours vouloir tout coller dans des boites).

Marie Neuser nous propose, en fait, un roman hybride. A la fois polar, chronique d’une époque, dissection d’une enquête, reportage romancé ou encore récit psychologique, son roman (d)étonne et sort de l’ordinaire.

C’est le premier volet d’un diptyque consacré à un fait divers qui a passionné les foules de 1993 à 2011 et fait s’arracher les cheveux des enquêteurs italiens et anglais. Tant qu’à faire, autant que ce soit une française qui s’y colle.

Loin de vos habitudes

Le roman a beau se baser sur une histoire vraie…

Voir l’article original 519 mots de plus

Adieu Demain de Michaël Mention

1540-1

4° de couverture

Vingt ans se sont écoulés depuis l’arrestation de l’éventreur du Yorkshire . Un nouveau tueur sévit dans le nord de Angleterre . Les victimes sont des femmes transpercées par des carreaux d’arbalète . Pour Mark Burstyn , promu au grade de superintendant , le cauchemar recommence . Il a cependant un atout : l’inspecteur Clarence Cooper , un jeune flic aussi obsessionnel que lui . La police n’a pas droit à l’erreur et , pour stopper le meurtrier , Cooper est prêt à tout , même à devenir quelqu’un d’autre .

Mon avis

J’ai faillit perdre la raison en lisant cette suite car les personnages m’ont fait vivre leurs phobies , la peur les ronge , l’ infiltration de Cooper à été plus que traumatisante . J’ai passé un bon moment en compagnie des personnages de ce roman noir . je vous le conseille vivement .

1,rue des petits-pas de Nathalie Hug

9782702144947-T

4° de couverture

Lorraine , hiver 1918-1919 . Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front , une communauté de rescapés s’organise pour que la vie continue .

Louise , seize ans , est recueillie au 1, rue des petits-pas par une sage -femme qui va lui transmettre son savoir : accoucher , bien sûr , mais aussi lire et écrire , soigner les maux courants et , enfin , être l’oreille attentive de toutes les confidences . Mais dans ce village ravagé par le guerre et isolé du monde , les légendes nourrissent les peurs , et la haine tient les hommes debout . Ces peurs et cette haine Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l’illégalité , élève un enfant qui n’est pas le sien , aime un être qu’elle n’a pas le droit d’aimer , et tente de reconstruire dans cet univers ou l’horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir .

Mon avis

Tout d’abord merci beaucoup à l’auteure pour ce magnifique roman , belle plume comme ils disent  , L’ histoire de Louise m’a énormément touchée , période très dure ou la sauvagerie n’a pas de limites . Après toutes ses souffrances Louise à fait du chemin . Histoire de mensonges et trahison , les morts tombent comme des mouches , maladies , assassinats , j’ai l’impression d’avoir été absorbé par cette histoire qui m’a énormément plut ,  cette histoire d’amour impossible étais très émouvante . J’étais en état de stress vers la fin et grrrrrrrrr . Ouf j’ai été soulagée par le dénouement de l’histoire .

Sale temps pour le pays de Mickaël Mention

index

 4° de couverture

1976 ; Des femmes pour la plupart des prostituées sont agressées ou tuées dans le nord de l’ Angleterre . La police locale est sur les dents . Un homme dirige l’enquête : Goerges Knox , avec ( sa gueule de  Richard Burton ) ses éternelles Ray- Ban , ses états de service légendaires . Secondé par le détective Mark Burstyn , il se lance à corps perdu dans cette affaire , convaincu que tous les crimes sont liés . Mais le tueur récidive et semble brouiller les pistes à plaisir . Plus le temps passe , plus Knox s’enfonce dans l’ abîme . Un abîme à l’image du chaos social et de la dépression qui gagne le pays ….

Fasciné par les possibilités romanesques de l’affaire de l’éventreur du Yorkshire , Mickaël Mention la revisite en passionné de la culture des Seventies , entre hommage au roman noir et portrait d’une Angleterre déboussolée , à un moment charnière de son histoire

Mon avis

Voilà j’ai terminé la lecture du roman noir de Mickaël Mention , , j’ai vraiment adoré suivre une enquête aussi prenante , dans les années 1975 , une série de crimes sur des  prostituées va commencer dans le nord de l’Angleterre , des policiers de chaque ville sont sur l’affaire mais c’est Goerges Knox qui va se donner à fond dans cette affaire , quelques années après la pause du criminel qui se fait passer pour Jack l’ évantreur , Mark Burstyn va reprendre l’affaire et jusqu’ à la fin j’étais vraiment à fond dans l’histoire , dur de revenir après autant de suspens , quelques passages émouvants et la descente aux enfers avec Knox à été très dur à remonter. La musique en fond excellent pour se remettre dans cette époque .

La chambre d’Hannah de Stéphane Bellat

ob_e4cf67_chambre-hannah

4 ème de couverture

Paris , février 1992 . Pierre Descarrières , 11 ans , est malheureux coincé entre une vie terne et des parents qui se déchirent quotidiennement .  Seul dans sa chambre , il rêve d’un frère , ou d’une sœur qui viendrait rompre sa solitude . Paris , février  1942 . Hannah Klezmer , 11 ans , étouffe dans l’espace confiné de son appartement , mise à l’écart parce qu’elle est juive . Leurs routes n’auraient jamais dû se croiser . Et pourtant , c’est arrivé . Car il existe entre eux un lien plus fort que le temps et la folie des hommes .

Mon avis

J’ai été très heureuse de faire ce retour dans le passé avec Pierre , cette histoire remplie d’émotions fortes m’a complétement retourné . Je me suis littéralement retrouvée dans la peau des personnages et aussi  j’ai appris encore beaucoup de choses sur cette guerre atroce . Je n’aurais jamais pensé à un retournement de situation aussi claquant à la fin du livre une grosse claque . Que du bonheur aussi de retrouver des scènes fantastiques , et des personnages aussi attachants .

Je remercie Stéphane Bellat de m’avoir offert son livre grâce à un concours, et je vous conseille vivement de le lire, un bijou.